En 1999, Le Rucher de Claron est créé par un couple d'apiculteurs passionnés. L’entreprise développe un cheptel conséquent et fait l’acquisition de matériel apicole neuf afin de pouvoir produire et récolter un miel landais et artisanal.La production est vendue au détail dans des points de vente locaux comme les marchés de village, les marchés estivaux et nocturnes et les événements annuels comme des marchés à la ferme où de nombreux producteurs se regroupent pour faire valoir les richesses des Landes.

L’entreprise évolue d’année en année et l’expérience du couple d’apiculteurs autodidacte s’accroît de manière sûre. Les miellées sont au rendez-vous, comme les clients attirés par l’authenticité du produit artisanal, mais aussi par ceux qui viennent compléter l’offre comme les douceurs sucrées: velours de miel, bonbons ou les produits aux vertus et bienfaits avérés (la propolis et la gelée royale).

2010 : L’entreprise met en place un atelier de transformation équipé de pétrins, fours, et machines d’emballages pour proposer aux clients le pain d’épices au miel « maison ».

2011 : Le rapide succès du pain d’épices artisanal et un cheptel très productif devenaient problématiques pour Véronique, seule aux commandes de l’entreprise. La création d’emploi était la clé pour ne pas freiner la croissance du Rucher de Claron. Un salarié saisonnier a donc été embauché, Nihad Kasum, sur 9 mois à partir de l’année 2011. Cet emploi perdure jusqu’à aujourd’hui et le statut de saisonnier a laissé place au CDI.

2018 : Les 7 années suivantes confortent Véronique, seule gérante, dans ses choix. Chaque année, Les bilans sont positifs et même croissants. Quant au cheptel, il se maintient à 300 ruches. Les points de ventes fixes sont développés, la vente au détail se maintient à la miellerie ou sur les marchés régionaux, et les rendez-vous annuels avec les clients des grandes métropoles françaises (Paris, Lyon, Marseille) se multiplient grâce aux salons gastronomiques.

Mais à 58 ans, la question de la continuité se pose pour Véronique. La monotonie couplée à une fatigue physique s’installent, tout comme la solitude de la gestion administrative. En revanche, la volonté de pérenniser cette entreprise est toujours aussi forte et l’ambition aussi présente qu’aux débuts. La transmission devenait donc une évidence pour la gérante du Rucher de Claron.

Julien Laffargue, 37 ans, apiculteur amateur, initié par son grand-père qui avait lui-même construit ses premières ruches, travaillait ponctuellement avec le Rucher de Claron. Il développe son cheptel et passe de 15 à une centaine de ruches en 8 ans. 

Fort de sa passion, de sa fraicheur physique et de son envie d’un nouveau pari professionnel, Julien était le parfait associé pour Véronique. Des besoins complémentaires, la même vision du travail, une passion partagée, tous les ingrédients d’une parfaite association professionnelle étaient réunis. 

Julien recherchait une structure déjà existante, pérenne et artisanale ; Véronique recherchait un jeune associé sur la même longueur d’onde, novateur et avec une envie de porter encore plus haut l’entreprise. 

Dans le même élan, Guillaume, fils de Veronique, revenant d’Angleterre et du secteur industriel, souhaitait se rapprocher de ses valeurs et de la nature landaise.

Après avoir donné un coup de main pour la saison au deux nouveaux et fraichement associés Julien et Veronique, il décida de prendre part à l’aventure apicole du Rucher de Claron.

Pour faire sa place au sein de l’entreprise, mais aussi pour diversifier les activités, la branche Elevage fut mise en pace. Guillaume s’occupe donc en grande partie de l’élevage de reines et la multiplication des colonies dans le but de contrôler la génétique du cheptel, sa qualité et sa productivité. 

Le Rucher de Claron peut donc écrire une nouvelle page de son histoire, celle d’une entreprise authentique et humaine. Forte de ses 600 ruches et de son indépendance, elle continue de proposer à ses fidèles clients des produits nobles et artisanaux.

Depuis près de 20 ans, le Rucher de Claron produit et récolte son propre miel. Au coeur des Landes, l’entreprise jouit de conditions climatiques exceptionnelles et d’une flore idéale qui permettent aux abeilles de produire du miel dès le début du printemps jusqu’au début de l’automne. Le cheptel de 600 ruches permet d’être autonome et de proposer un miel artisanal. 

Acacia, Châtaignier, Tournesol, Bourdaine, Ronce, Bruyère, Callune, voici la gamme que nous proposons à la vente pour nos clients depuis les débuts de l’entreprise. Une production locale, distillée dans un circuit court. 

Forts de notre expérience, nous avons scindé notre cheptel en deux : une première moitié est organisée en ruchers fixes répartis autour de notre miellerie. Nous transhumons la seconde moitié dans le département afin d’augmenter les récoltes et suivre les floraisons.

Dès le départ, nous avons proposé des produits issus de la ruche (miel, gelée royale, pollen, propolis, …) mais depuis 8 ans nous avons agrémenté nos étals de produits transformés par nos soins. 

Ainsi, le Rucher de Claron vous propose des pains d’épices artisanaux, des velours de fruits, des madeleines au miel et du jus de sorcière. 

Grâce à notre atelier de transformation lancé en 2010, nous nous appliquons à vous proposer des produits frais, savoureux et artisanaux : 

⁃ Des pains d’épices aux saveurs variées : traditionnel, à l’orange, aux écorces de citrons, à la figue, au gingembre, et même au piment d’Espelette pour les mélanges sucrés salés. 

⁃ Des velours de fruits : à la framboise, à la myrtille, aux fruits rouges, à la figue, à l’orange. 

⁃ Du jus de sorcière, condiment à base de pulpe de tomate, de miel et de piment d’Espelette. 

⁃ Des madeleines à la vanille et sucrées au miel.

Le département des Landes est également un territoire agricole prolifique. Ses agriculteurs exploitent les richesses des sols et mettent à profit les diverses possibilités qu’offrent ses terroirs. 

Depuis 10 ans déjà, le Rucher de Claron travaille avec les agriculteurs landais. En effet, nos abeilles pollinisent les plantes à fleurs des cultures comme le tournesol, les carottes et les kiwis du bassin de l’Adour. 

Un contrat de confiance s’est établi avec les agriculteurs et chaque année, nous revenons aux mêmes dates, déposer nos ruches au milieu des cultures concernées afin d’optimiser naturellement, sainement et durablement les productions agricoles.